> La fondation d’entreprise

L’énergie en Afrique : un enjeu

Un faible accès aux services énergétiques modernes

Le bois-énergie, c’est 80 % de la consommation énergétique en Afrique sub-saharienne.
Le gaz concerne surtout les grandes villes ; les subventions octroyées pour réduire ainsi l’utilisation du bois sont de plus en plus coûteuses pour les états.
L’électrification : 40% des ménages urbains et moins de 10% des ruraux (Afrique de l’ouest, 2004), en progression.

Les besoins en services énergétiques

Les besoins en services énergétiques sont de 3 types :

  • L’énergie domestique : la cuisson et le chauffage de l’eau sont assurés par le bois-énergie et, un peu, le gaz. Il faut améliorer l’efficacité énergétique de ces systèmes ou trouver de nouvelles techniques.
  • La force motrice : nécessaire pour les équipements collectifs (eau potable) et les activités productives (la transformation agro-alimentaire, l’irrigation, l’artisanat et le commerce). Les besoins en force motrice sont estimés à 12000 kWh/an pour un village de 1000 à 2000 habitants .
  • L’électrification : le besoin en électricité spécifique est estimé à 200 à 300 kWh/an/foyer dans les zones péri-urbaines et rurales, à cela s’ajoutent les usages collectifs. Electrification par connexion au réseau (centralisé ou non) pour les zones les plus peuplées et Electrification Rurale Décentralisée pour les sites ou petites régions isolés.

Une forte dépendance pétrolière … qui devient insoutenable

En Afrique de l’ouest l’électricité est à 60% d’origine fossile en moyenne. Les importations de pétrole (y compris pour les transports) représentent une part de plus en plus élevée des exportations (43% au Sénégal… en 2005).

Un faible développement des énergies renouvelables

L’utilisation des ER demeure assez ponctuelle, limitée à des « projets ». Toutefois les arguments en faveur de ces énergies ne font que se renforcer : diminution des risques vis-à-vis du marché pétrolier ou de la sécheresse (cas des grands barrages), inadaptation de l’électrification rurale par le réseau national, création de richesse et d’emplois, ressources disponibles.

Sources d’information :